Here we are ! One year later, we’ve gone back to the Future !

385

Enfin David Beckham nous rejoint. Que doit-on attendre de cette arrivée ?

 C’est dans la langue de Shakespeare (mais aussi de Mr Bean) que je me devais de saluer l’arrivée du Roi David.C’est dans la langue de Shakespeare (mais aussi de Mr Bean) que je me devais de saluer l’arrivée du Roi David. Un roi couronné de succès et de droit divin (un tel pied droit a forcément été l’œuvre du Dieu du football – non pas toi Diego, tu étais gaucher !), un Roi Soleil à l’aura plus brûlante qu’une épice « chic » (Posh quoi !) et plus piquante que la fourche d’un Diable Rouge. Héroïque amiral de la pas si Invincible Armada Galactique, fier héraut des Three Lions et futur Sir à la cour de la Perfide Albion, un titre qui ne saurait tarder à tomber dans l’escarcelle d’un homme qui ne peut laisser personne indifférent.

 Finalement quoi de plus logique qu’un roi revêtant l’écusson de notre club, savant mélange des symboles de la Ville Lumière et des armoiries de Saint-Germain, berceau des Rois de France ?

Les louanges ne sont pas vaines lorsqu’on parle d’une légende vivante. Au-delà de son talent intrinsèque qui en a fait une icône de l’autre côté de la Manche et des Pyrénées s’ajoutent des qualités humaines porteuses de sens qui lui ont conféré une notoriété planétaire.

Ne soyons pas avares : sa « belle-gueule » capable de faire chavirer toute la population féminine d’Asie, son attitude modèle sur un terrain illustrée par une sportivité reconnue et par les éloges de son professionnalisme et puis, il a l’air sympa David, simple malgré sa teigne de femme, souriant. Personnellement, je me verrais bien lui mettre une zlatanée à FIFA 2013 entre deux parts de pizza pendant une soirée entre potes.

N’oublions finalement pas ce qu’il a encore démontré avec force en conférence de presse ce 31 janvier : une classe, mon pote ! Il ferait passer Georges Clooney, Brad Pitt ou autre Robert Downey J. pour des péquenots issus des terroirs les plus abjectes d’outre-A86 (merci de ne pas relier cette remarque à quelconque point cardinal, on trouve des blaireaux tous azimuts). 

Alors oui, quand on prend toutes ces qualités, on ne peut qu’être ravi d’avoir un tel homme au sein de notre club. On parle d’un grand champion, d’un « pro » qui file des complexes dans l’engagement à des gamins de 20 piges dont les crocs accrochent plus le chéquier que le cuir du ballon et d’une sorte de gendre idéal (merci au « mariage pour tous » qui permettrait à ma mère d’avoir cet honneur).  Sans compter les maillots vendus que ma calculette n’arrivera certainement pas à suivre.

Vous l’aurez compris, David Beckham me fascine. Il fait partie de ce que j’ai aimé chez MUFC et qui a attiré ma sympathie pour ce club. Il est celui que j’ai sans doute le moins insulté lorsqu’il évoluait au Real. C’est dire : réussir à me faire oublier que son numéro à Manchester a appartenu à une grosse sardine et à se faire moins insulter que Zinédine Zidane !

Vous aurez aussi compris que la dialectique fait suivre la thèse à l’antithèse afin de n’occulter à aucun moment les contre-arguments.

Parce que voilà, sportivement parlant, sa condition actuelle me laisse songeur. Certes, il annonce être en forme. Je veux bien l’admettre compte-tenu de ses qualités physiques ou encore d’une hygiène de vie irréprochable. Maintenant, peut-on considérer qu’un joueur de 37 ans qui n’a plus évoluer depuis quelques années dans un championnat majeur (contrairement à son nom et à ses progrès notables, la MLS reste loin des standards européens) sera suffisamment prêt à affronter un défi physique constant dans un championnat où les muscles ont pris plus d’importance que le cerveau ? (cette remarque s’applique également aux arbitres d’ailleurs).

En dehors du joueur en lui-même qui reste un grand talent, le PSG a-t-il besoin de David Beckham pour être champion de France ? En jouant à un niveau bien en deçà de ses capacités pendant plusieurs mois le PSG est aujourd’hui leader. Il n’y a donc pas un manque intrinsèque de talent, surtout que Lucas est une réelle plus-value qui ne tardera pas à montrer ses effets.

J’entends aussi que le PSG a dégraissé le mammouth. Les récurrentes blessures / suspensions de Motta et les départs plus ou moins définitifs de nombreux milieux demandaient effectivement un recrutement dans ce secteur. J’avoue alors être perplexe. Le sacro-saint « projet » n’est-il pas une promesse pour l’avenir ? Les Verratti, Sirigu ou Pastore ne doivent-ils pas être le PSG de demain ? Pourquoi notre staff ne s’est-il pas imposé sur des dossiers évoquant l’avenir plutôt que le présent et, ne nous leurrons pas, le court-terme ? Bien sûr je parle d’une rumeur toulousaine qui me paraissait judicieuse tant au niveau sportif que politique en revenant sur le marché français. Vous me direz que la L1 n’est pas forcément un réservoir exceptionnel mais je rétorquerai sans honte que beaucoup de joueurs ont une marge de progression énorme à condition d’être bien encadrés (l’exemple de Matuidi est tellement parlant).

Enfin j’ai cru comprendre que le PSG de QSI avait besoin d’un coup de projecteur, je le conçois nettement. Pour moi, le doublé Zlatan-TS devait être le coup d’éclat suffisant. Il l’a forcément été (en France, c’est plus qu’indéniable). Doit-on comprendre que les retombées médiatiques sont comme celles de Tchernobyl et ne traversent pas les frontières françaises ? C’est une certitude : un tel recrutement ne peut que renforcer la notoriété du club. Je pensais simplement qu’on avait dépassé cet objectif et que le club se recentrerait sur son essence et le projet sportif à long terme.

Je suis persuadé que le recrutement de David Beckham est une bonne chose dans l’absolu. Nous tenons là une pépite inaltérable représentant parfaitement ce que l’on aimerait tous retrouver chez tous les joueurs de football professionnels. C’est forcément un message positif et son apport sportif sera forcément conséquent, ne serait-ce pour ce qu’il va transmettre à ses partenaires tous les jours. Je suis par contre beaucoup moins emballé par l’aspect stratégique et développement collectif du club.

J’attends encore que le groupe se forme, que le noyau, la colonne vertébrale se fixe autour d’une identité propre. Ca me paraît être difficile à réaliser en intégrant non pas des joueurs que l’on considère comme l’avenir du club mais simplement comme des coups de projecteurs sur un logo. C’est en tout cas ce que je ressens et j’imagine mal les grands professionnels que sont Carlo ou Leo admettre volontiers que mon point de vue est plausible. Ils parleront forcément de son apport objectif, à raison encore une fois.

Alea jacta est : Je suis tout de même totalement impatient d’entendre ce stade vrombir au son d’un énorme « Beeeeeckham ! Beeeeeckham ! ». Et rien que pour ça aussi, ça colle parfaitement à notre club : Beckham a été Galactique, il va devenir Magique !

Laisser un commentaire