Les chiens aboient, les supporters chantent…

403

Chers amis supporters,

Comme vous le savez, ALLPANAME ce n’est pas qu’un forum, c’est aussi un excellent site d’infos sur notre club favori, le Paris Saint Germain. En cette époque où le temps vaut de l’or et où même le plus technologisé des supporters a du mal (et on le comprend) à suivre au quotidien l’actualité de son club, j’ai donc pris sur moi, en ma qualité de membre de l’équipe ALL, de vous concocter un petit résumé de l’actualité de notre club au cours de la semaine qui vient de s’achever :
– Carlo Ancelotti, lassé par la pression constante exercée par ses patrons qataris, va quitter le PSG pour un vrai club, le Real Madrid.
– Leonardo, arrivé au terme de son habituel contrat à durée très déterminée, va lui aussi rejoindre un vrai club, l’Inter de Milan.
– Zlatan Ibrahimovic, mercenaire guidé uniquement par l’argent, va accepter de diviser son salaire par deux pour rejoindre la Juventus de Turin.
– Marco Verratti, la petite racaille de quartier recrutée pour 12 millions d’euros (ça fait cher le délinquant), ira au choix au Real ou à la Juve, à condition que son casier judiciaire bien fourni l’autorise à quitter le territoire français.
– Thiago Silva, recruté pour 45 millions d’euros, somme dont la provenance est plus que douteuse, va ENFIN rejoindre un club digne de son rang de «meilleur défenseur du monde». Il manque déjà à Joey Barton.
– Salvatore Sirigu, dont le refus de revenir sur le terrain pour recevoir son carton rouge illustre parfaitement l’insupportable suffisance et le complexe de supériorité qui émanent actuellement du club parisien, devrait en toute logique être condamné à trois ans de suspension par la commission d’éthique de la Ligue Nationale de Football. En attendant, évidemment, des poursuites judiciaires pour coups et blessures et crime à caractère raciste envers le tunisien Saber Khlifa.

Note de bas de page insignifiante : dans huit jours, quinze tout au plus, le PSG sera champion de France pour la troisième fois de son histoire.

Ce résumé vous parait biaisé? Partiel et partial? Dénué de toute objectivité? Excellent!! Cela veut dire que je me suis parfaitement acquitté de la tâche que je m’étais moi-même imposé, à savoir rendre le plus fidèlement possible le traitement médiatique qu’a subi notre club au cours des derniers jours.

Rien de nouveau à l’est vous me direz? Certes. L’anti-parisianisme notoire de la France du foot n’a rien d’une découverte scientifique récente. Etre sifflé sur l’ensemble des terrains de France à l’exception de notre jardin du Parc des Princes est inscrit dans l’ADN de tout supporter ou joueur parisien. Mais à l’évidence, cette haine du parigot et de son Qatar-Saint-Germain (copyright site officiel de l’Olympique de Marseille) a pris au cours des dernières semaines des proportions sans précédent au moment même, coïncidence étrange, où le club de la capitale se rapproche d’un titre de champion de France qui viendrait valider la solidité et la cohérence du projet parisien.

Rien ne nous est épargné : notre entraineur et notre directeur sportif sont sur le départ (qu’importe que ce dernier ait affirmé publiquement son intention d’être encore là l’année prochaine, après tout que vaut la parole d’un pariso-italo-brésilien?), de même que nos meilleurs joueurs, Matuidi est un sauvage assoiffé de sang venu terroriser les pauvres joueurs d’Evian-Thonon Gaillard transformés en martyrs, Verratti est un jeune voyou et Sirigu un lâche qui refuse de sortir du tunnel pour assumer les conséquences de ses actes nauséabonds face au courageux monsieur Thual, garant d’une justice arbitrale dénudée qui fait office de dernier rempart face à l'oppression parisienne.

N’en jetez plus, ce Paris-Saint-Germain est un club indigne et la France du football, à juste titre, le vomit lui et tout ce qu’il représente. Car ne nous le cachons pas, la haine du PSG est un catalyseur géant, capable à elle seule de réunir sous un même étendard une longue liste de rancoeurs bien françaises : haine de l’argent, de la capitale, du premier de la classe, du plus fort. Oserions-nous pousser le bouchon jusqu’à évoquer la haine de l’étranger? Le nombre hallucinant de mentions du mot «Qatar» derrière le nom du PSG rend au moins la question légitime. Evoquait-on dans la presse un «PSG américain» du temps de Colony Capital? Mais de ce temps-là (qu’il nous parait lointain aujourd’hui d’ailleurs…), le PSG ne gagnait pas et ne dérangeait donc pas. On en arrivait même à le trouver sympathique.

Au moment où la crise et ses conséquences dramatiques favorisent la recherche de boucs émissaires désignés à la vindicte populaire, ce PSG fait office de défouloir national, de punching ball posé en plein milieu du bistro France et sur lequel les aficionados du Ricard peuvent se venger tout en vérifiant à quel point l'excès de petits jaunes a altéré leurs réflexes psycho-moteurs.

Ajoutez à cela la bonne vieille haine du vainqueur et vous obtenez un cocktail détonnant. Raymond Poulidor et ses trois deuxièmes places dans le Tour de France sont devenus plus célèbres qu’Anquetil et ses cinq victoires. La France aime les deuxièmes (sauf, évidemment, quand c’est Paris qui finit deuxième et que Poulidor-Nicollin réussit à réécrire l’historie du petit poucet à l’encre de la démagogie) et puis de toute façon, ce PSG là sera champion du Qatar, pas de France!

Dès lors, la question se pose, aussi inévitable que complexe : quelle attitude adopter? Comment nous, supporters parisiens, devons nous réagir face à ce torrent de haine viscérale et généralisée qui se déverse actuellement sur notre club. Ma réponse est simple et tient en un mot : l’indifférence. Pas l’indifférence du faible qui ne se soucie pas de son honneur et a peur de le défendre, non, celle de celui qui se sait plus fort et plus droit que les autres et qui accepte leur jalousie comme une bonne nouvelle, la confirmation par l’ennemi de son implacable supériorité.

La France ne nous aime pas? Eh bien nous, nous l’aimons, car nous n’oublions pas ce que d’autres ne supportent pas : nous sommes sa capitale, son phare, son représentant dans le monde. Dès lors, les jalousies ne sont pas simplement inévitables, elles sont les bienvenues. Elles ne sont que le reflet de notre magnificence. Mieux vaut être le jalousé que le jaloux.

La solution vous parait trop douce? Trop conciliante? Détrompez-vous mes amis, elle est bien plus cinglante et froide que toute la haine que nous subissons actuellement. L’Equipe, Canal Plus, 90% des joueurs, supporters, entraineurs et dirigeants des autres clubs, nous détestent? Et bien pas nous. Les haïr serait leur accorder bien trop d’importance. Les ignorer, comme le font très habilement nos dirigeants, est pour eux la pire des réponses : cause toujours Touboul, tu m’intéresses. Il est impératif qu’ils le comprennent : leur campagne de déstabilisation ne servira strictement à rien. Toute cette encre et cette haine demeureront parfaitement stériles. Nous SERONS champions de France, et personne ne nous empêchera d’atteindre notre réel objectif, à savoir régner sur l’Europe. La France du foot ne nous aime pas? Tant pis pour elle, elle va devoir faire avec nous. Et pour longtemps.

Je conclurai ce billet sur un message d’optimisme et de ralliement : frères et soeurs supporters, ne laissez rien ni personne gâcher notre joie au moment de fêter un titre que nous attendons depuis si longtemps. Que les empêcheurs de gagner en rond sachent qu’ils ne nous empêcheront pas d’être champions ni de fêter dignement ce titre que certains d’entre nous attendent depuis 19 ans, d’autres depuis leur naissance. Leurs quolibets ne font que renforcer notre foi, leurs insultes nous soudent, leur jalousie ne fait que confirmer notre supériorité.

Comme d’autres supporters l’ont dit dans une langue qui m’est chère : «No one likes us, we don’t care!»

Plus que jamais, au nez et à la barbe de tous ceux qui ne nous aiment pas et à qui nous le rendons bien : PARIS EST MAGIQUE!!!!

Merci à BSF pour ce billet.

Laisser un commentaire