Bilan de la saison – Les Centraux

392

La solidité défensive a été l’un des points forts du PSG cette année. Et pour se faire, Carlo Ancelotti a pu s’appuyer sur une défense centrale à la hauteur de ses ambitions. Emmenée par le meilleur défenseur du monde, la défense centrale a été l’encrage principal pour faire du PSG, le champion qu’il est actuellement. N’ayant officialisé aucune hiérarchie, Carlo Ancelotti a permis à tous ses défenseurs de se battre pour gagner leurs places et d’élever le niveau de chacun. Petite revue d’effectif : 

 

Thiago Silva : 

Transfert le plus cher de la Ligue 1 à son arrivée (42M+7), Silva n’a pas mis longtemps à mettre tous les supporteurs à ses pieds. Après un été passé sur les terrains des JO de Londres, il joua son premier match sous les couleurs du PSG contre Kiev en LDC, en septembre 2012. 

Dès son premier match, il montra l’étendue de son talent. Il se permit même de marquer le deuxième but de son équipe (4-1). Toute de suite, il s’est montré indispensable, écrasant toute concurrence autour de lui, à l’image de son compère, Zlatan Ibrahimovic. 

Dans une époque où la plupart des défenseurs centraux bâtissent leur succès par l’agressivité et l’impact physique, Silva est une réelle bouffée d’air frais dans le football mondial. Il ne tacle jamais, n’intimide jamais son adversaire, et ne commet quasiment presque aucune faute. Son sens du placement et de l’anticipation régale le public et écœure ses adversaires. D’ailleurs ce décérébré de Brandao a bien failli se venger par un tacle d’une violence venue d’ailleurs. Mais il n’en est rien : Silva est indestructible. 

Tant défensivement qu’offensivement, sa finesse dans le jeu fait de lui un joueur respecté par la sphère footballistique. C’est un artiste du ballon rond. Thiago Silva n’est pas un simple défenseur. Il sent le football comme peu de joueurs le sentent. Ses qualités techniques et sa vision de jeu font de lui notre première arme offensive. Excellant dans le jeu court et dans le jeu long, il met nos milieux et nos attaquants dans les meilleures dispositions. A lui seul, il est à l’origine du bon positionnement de tous ses partenaires. 

Sa présence a un réel impact sur toute notre équipe permettant aux jeunes joueurs de se libérer d’une certaine pression. Ses qualités footballistiques ne seraient rien sans un mental de guerrier à tout épreuve. En tant que supporter du PSG, nous avons tous en tête l’image de Silva en train d’haranguer ses partenaires après le deuxième but du FC Barcelone. Il est un exemple en tant que joueur mais aussi en tant que partenaire. Il est donc logiquement devenu le capitaine indéboulonnable de cette équipe. 

La seule zone d’ombre de la saison, est l’incroyable injustice dont il a été victime par Mr Castro. Victime de sa classe et de son élégance, il fut puni par un arbitre imbu de sa personne qui montra aux yeux de tous, toute la médiocrité de l’arbitrage français. 

Parler de lui pourrait prendre des heures. Mais le plus important avec Silva n’est pas de le décrire mais de le regarder jouer. Les supporteurs doivent bien se rendre à l’évidence que nous vivons un rêve éveillé avec ce joueur. Il est le « monstro », le plus classe du monde. Le genre de joueur à vous faire aimer un sport. 

 

Alex : 

Joueur peu médiatique, Alex fait partie de ces joueurs qui ne sont pas forcément reconnus à leur juste valeur. A l’instar de son compatriote Maxwell, il était annoncé comme vieux et sur le déclin par la plupart des journalistes lors de son arrivée au PSG. Mais quand on regarde attentivement les matchs du PSG, la situation est tout autre. 

En concurrence durant toute la saison avec Sakho pour épauler Silva, son expérience a joué en sa faveur pour se faire une place à part entière dans l’équipe type du PSG, notamment dans les grands rendez-vous. Alex est le prototype du soldat dont a besoin tout effectif de haut niveau. Il fait peu parler de lui et sa soif de gagner est inébranlable. 

Pragmatique et calme, Alex empile les bonnes prestations grâce sa qualité de placement et un impact imposant dans les duels. Balle aux pieds, il reste assez rassurant et sa complémentarité avec Thiago Silva a permis à la défense centrale du PSG de trouver un certain équilibre. 

Jouant 34 matchs sous les couleurs du PSG cette saison, le brésilien a donc réalisé une saison pleine. Mais les prestations d’Alex ne se limitent pas qu’au secteur défensif. Ses qualités dans le jeu aérien permettent au PSG d’être dangereux sur coups de pieds arrêtés. Il a notamment inscrit 4 buts cette saison dont 2 en LDC. 

Ces multiples qualités défensives et offensives font de lui un joueur important malgré la discrétion qui entoure ce joueur. 

 

Mamadou Sakho : 

En juillet 2012, Kirikou était l’une des plus grosses interrogations du début de saison. Après une saison 2011/2012 complètement ratée avec son club qui le priva de l’Euro 2012, il était clairement attendu au tournant. Ses déclarations à la reprise de l’entrainement n’ont rien fait pour diminuer l’animosité et la perplexité qui entouraient ce joueur. 

Malgré ses multiples déclarations médiatiques plus ou moins maladroites, il fit un réel travail de fond sur lui et sur son jeu. Plus affuté, plus concentré, Sakho est monté en régime durant toute l’année. Même si ses prestations furent agrémentées de quelques trous d’air (exemple du match de Montpellier), il n’a cessé de travailler avec cette envie de bien faire et de vouloir progresser. Il a même refusé le brassard de capitaine à certaines reprises, pour sans doute ne plus vouloir s’éparpiller dans tous les sens, et ne se concentrer que sur son propre jeu. 

Meilleur dans le placement, en progrès dans la relance, Sakho a tout fait pour se mettre au diapason de ce « nouveau » PSG. Malgré la concurrence féroce d’Alex au poste de deuxième défenseur central, Sakho a réussi à se faire une place dans le turn-over appliqué par Ancelotti. Ses 34 matchs sous le maillot parisien, en sont la bonne illustration. 

Il a réalisé même ses premiers matchs en LDC. Il s’est notamment illustré par une excellente prestation contre Valence, lors de la victoire du PSG à Mestalla ( 2-1). Sa remise en en question a été palpable au PSG mais aussi en équipe de France où il retrouva une place importante chez les bleus. 

En définitive, c’est peut-être la saison de la maturité pour le joueur français. Sakho est à l’image du PSG. Avec l’arrivée des qataris, les objectifs du club ont clairement évolué et la densité de la concurrence s’est accrue. Cela n’a pas été facile à comprendre et à digérer pour Sakho. Mais il est encore loin d’être un joueur dont la présence indispensable de l’équipe type du PSG. Mais même s’il est encore perfectible dans son placement et dans son jeu aux pieds, Sakho est clairement sur une pente ascendante. 

Joueur satisfaisant mais encore en progression, il sera intéressant d’appréhender son comportement dans les mois prochains. Selon les rumeurs, la concurrence risque de s’accentuer et il n’est pas sûr qu’il voie cela sous les meilleurs hospices. 

 

Zoumana Camara : 

Arrivé au PSG durant l’été 2007, Papus fait donc partie des plus anciens de l’effectif. Mais la concurrence grandissante fait qu’il dut se contenter d’un simple rôle de 4ème défenseur au niveau de la hiérarchie des centraux. Cette saison, il n’a joué que 11 matchs pour seulement 747 minutes jouées.

Malgré un temps de jeu en baisse, il ne s’est jamais plaint de son statut de remplaçant de luxe et a fait preuve d’un comportement exemplaire durant toute la saison. 

Il a été même un cadre du vestiaire grâce à sa capacité à unifier les joueurs français et les joueurs étrangers de l’effectif dans les bons comme dans les mauvais moments. Mais si son importance a pu s’affaiblir sur le terrain, il n’a pas hésité à prendre ses responsabilités et s’est donné à fond dans le nouveau projet du PSG. Il est donc indispensable de mettre en valeur sa classe et son professionnalisme. 

Ce titre de champion de France a aussi été glané grâce à ce genre de joueurs, qui mettent leurs égos de côté et qui donnent de leur personne pour l’intérêt du club. Dès que Carlo Ancelotti a fait appel à lui, il a répondu présent sur le terrain. Il s’est même illustré offensivement par un but lors de la victoire contre Arras en Coupe de France. 

Mais son contrat se termine en juin 2013 et il n’est pas encore acquis qu’il prolonge. 

 

Diego Lugano : 

Après une première saison en demi-teinte où il n’a jamais su vraiment s’imposer comme un élément indispensable de l’effectif, Carlo Ancelotti décida de ne pas l’utiliser dans le turn-over de l’effectif du PSG pour la saison 2012/2013. 

L’entraineur italien ne l’a même pas inscrit dans liste des joueurs comptant pour la phase de poule de la Ligue des Champions. 

Il n’a joué aucune minute de jeu avec le PSG durant la saison 2012/2013. Malgré cette mise à l’écart, le défenseur Uruguayen a su rester digne pour se plaindre publiquement de sa situation. 

En janvier dernier, il fut prêté pour 6 mois à Malaga. Ses 14 matchs sous les couleurs du club espagnol ne furent pas réellement satisfaisants ni pour lui ni pour Malaga. Malgré un caractère de guerrier qui fait de lui un joueur qui donne tout sur un terrain, il souffrit face à la vitesse des attaquants de la Liga. Sa lenteur et ses problèmes de placements lui font souvent défauts. 

L’ancienne de gloire de Fenerbahce, malgré ces deux dernières au PSG, n’a pas perdu sa place de titulaire et son capitanat de la sélection Uruguayenne. Il est toujours sous contrat au PSG et il pourrait faire son retour à la reprise de l’entrainement. 

 

Antoine Conte : 

Le jeune Titi vient de signer son premier contrat pro avec le PSG. Il fit sa première apparition sous nos couleurs le 1er février 2013 lors d’une victoire écrasante du PSG au Stadium de Toulouse (4-0). Ses premières minutes ont été sobres et appliquées. On lui souhaite donc de continuer son apprentissage et son ascension sous le maillot du PSG. Avec les joueurs qui composent notre effectif, sans doute qu’il apprendra rapidement.

 
 
Edito by   Thomy'
 
 
 
Rendez-vous la semaine prochaine pour le bilan des Arrières Latéraux !

Laisser un commentaire