Le PSG joue la Taxe 75

312

Le PSG a décidé de jouer le jeu. Le club parisien conscent à faire appliquer une « taxe 75 » depuis le début de saison et à participer activement au redressement vers les sommets.

Au moment de sa prise de fonction, on aurait pu penser à un discours démagogique mais le président a maintenu son cap qui visait à appliqué la fameuse taxe 75. Depuis le début de son mandant, les hauts revenus, les « riches » comme il est commun de les appeler, doivent  justifier leur compensation mensuel par une implication régulière et surtout chiffré. Un déséquilibre diront certains, une bonne chose diront les autres, tout dépend de quel angle on se place. 

Après quelques mois en poste, le président tient son pari et tout le monde semble s’y faire. Au début cela n’a pas été simple et du côté de la principauté de Monaco (et d’Ajaccio), on a clairement refusé de s’y soumettre. Avec beaucoup de réussite il faut l’avouer, ce refus a pu échapper au président Blanc. Ceci étant dit, il n’est pas impossible que le gouvernement parisien aille chercher le solde de sa taxe directement dans les poches de Dmitry Rybolovlev. Depuis Septembre, les différents ministres de la cité rouge et  bleu s’applique à faire payer la note du côté de la porte de Saint Cloud. Du Ministre de la Défense, Thiago Silva, au ministre des finances, Zlatan Ibrahimovic, en passant par le ministre de l’intérieur, Thiago Motta, l’exemplarité et la rigueur sont les maitres mots au Parc des Princes et il difficile maintenant de ne pas se faire écraser par cette nouvelle loi qui règne dans l’antre de la ville lumière. Plus question de venir se frotter les mains places de la Madeleine ou d’aller faire le flambeur à Enghien les Bains après un hold up dans la capitale française. Une fois la taxe payée, il reste tout juste de quoi faire le plein pour le bus du retour car il est clair qu’avec une valise pleine de tickets de caisse, on a envie d’autre chose que d’être reconnu dans les transports publics. « C’est la faute de la taxe 75 » pouvez vous désormais entendre. Il n’y a rien à faire face à un gouvernement aussi ferme. On nous avait annoncé des mesures afin de rêver plus grand et pour une fois que nos hommes prolifiques tiennent parole, nous ne pouvons pas nous plaindre. Du côté des taxés c’est la soupe à la grimace et monter sur Paris n’a plus rien de romantique. La tour Eiffel fait office d’énorme godemichet pour les visiteurs et les ballades sur le pré parisien leur laissent d’avantage l’impression d’un harcèlement sexuel que d’un roman à l’eau de rose. Paris n’est plus le leur et ça commence à se répandre  sur le territoire. 

 

Ainsi les villes de Guingamp, Toulouse, Bastia, Lorient, Nice, Lyon, Sochaux et Saint Etienne ne sont déjà plus redevables auprès des autorités parisiennes en ayant déjà réglé leur note. Les autres devraient suivre à commencer par Lille dimanche soir. La taxe 75 est de rigueur.

Laisser un commentaire