Chronique d’une jouissance avortée

427

Le Phocéen invente la victoire par procuration. Allpaname vous répond avec ses valeurs.

Nos amis du Phocéen nous vantaient, il y a quelques jours, les bienfaits de la victoire par procuration. Intrigués et un peu émoustillés, il le faut le reconnaitre, par cette nouvelle pratique, nous nous sommes dit à la rédac d'AllPaname : pourquoi ne pas essayer pour voir, ça ne coûte rien après tout.

Malheureusement, pas de grosse affiche de Ligue des Champions concernant le club phocéen à se mettre sous la dent, juste un match entre le 4ème et le 11ème de L1. Mais bon, comme dit le dicton : « peu importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse ». Nous avons donc réservé notre vendredi soir, sorti les chips et mis les bières dans la glacière, pour un petit clin d'œil au meilleur entraineur de l'histoire.

Début de match plaisant entre deux clubs du ventre mou de L1, et là, sans crier gare, l'action de génie entre Rod Fanni et Steve Mandanda. Un moment de grâce ou le temps suspend son vol, une scène rare qui mériterait un hommage dans un DVD du « foot en folie ». Mais, malgré toute la bonne volonté qu'ont pu mettre Fanni et Mandanda pour faire « jouir » les supporters parisiens, aucune réaction de notre part. Juste, à la rigueur, un peu de tristesse, pour certains, de voir ce qu'est devenu un ancien vainqueur de la LDC. Un club qui est train de connaître sa dixième défaite en championnat, la troisième consécutivement.
Malgré un emballement médiatique sans précédent en début de saison, où certains consultants français les voyaient comme possibles « favoris » de la LDC. (n'est-ce pas Duga ?…)

Hé bien, voilà, coup de sifflet final, nous y sommes. Dixième défaite de la saison pour l'OM du magicien à la glacière. Et toujours aucune réaction dans le caleçon, rien, pas une demie-molle, alors pour la jouissance il faudra repasser donc. C'est d'autant plus bizarre qu'il y a à peine deux semaines après la victoire au Vélodrome, devant le « meilleur public de France« , dixit les marseillais eux mêmes,  tout marchait à merveille et la jouissance fût totale et abondante.

 

Il faut croire que la jouissance par procuration restera une pratique bien phocéenne, les supporters parisiens ne prennent eux du plaisir que dans le concret comme un adulte qui préfèrera toujours l'acte sexuel à une branlette devant YouPorn, tel un puceau boutonneux.

La vraie, l'unique jouissance, était dans la désolation perçue dans les yeux des joueurs marseillais, comme André Ayew après une nouvelle raclée face à leur rival honni, devant leurs supporters en pleurs. Ou alors dans les mines déconfites de René Malleville, dans sa fameuse « minute« , et celles de vos intervenants sur le plateau de votre talk le lendemain de cette (nouvelle) humiliation à domicile.

Mais bon, la saison restera belle pour vous amis marseillais! Votre titre de « champion d'automne » personne ne vous l'enlèvera! Et vu les célébrations du regretté Robert-Louis Dreyfus après un « titre » de Coupe Intertoto, la moindre des choses sera de sortir l'autobus à l'impérial pour le fêter dignement avec les supporters fin mai sur la Cannebière.

Vu que nos présidents respectifs marchent désormais main dans la main, nous ne pouvons que vous souhaiter bonne chance pour la fin du championnat. Vous avez une série de 9 défaites consécutives à perpétuer en C1, ce serait bête d'échouer si près du but, si près de la fameuse « decima« .
Nous vous soutenons aussi dans votre démarche de retenir Marcelo Bielsa, un entraineur capable de donner autant de plaisir aux supporters parisiens par ses résultats avec l'OM mérite un contrat à vie.

#BielsaNoSeVa #AvalezLeVenin

Pour le reste, chers marseillais en survet'. Permettez-nous maintenant de rebondir sur la diarrhée littéraire publiée sur le phocéen et de rétablir quelques vérités. Car, dans notre infinie gratitude, nous tenons à vous remercier avant tout.

Merci.

Merci d’éviter dorénavant de nous comparer avec votre équipe de chimpanzés. On ne joue plus du tout dans la même cour.

Merci surtout pour avoir ouvert vos bouches avant le Classico. Vous vous êtes encore couverts de honte. Une fois de plus. Une fois de trop. Vous n’êtes plus à ça près. Mais, comme le ridicule ne vous tue pas, gageons que vous allez refaire les trompettes au prochain Classico. C’est dans vos gènes. Comme un vilain roquet qui aboie dans une voiture quand un gros chien passe à proximité.

Sept victoires consécutives et un nouveau grand huit à l’horizon.  Neuf matchs sans défaites. Et vous venez encore parader comme au lendemain  de votre victoire en Coupe de la Ligue, après dix sept années de disette. Malgré votre assurance, malgré vos joueurs de billes, malgré votre entraineur.

Et pendant que nous y sommes,  la méthode Bielsa, on en parle ?
Est-il encore resté le cul posé sur sa glacière, pendant que vous pataugiez péniblement  sur le terrain de la Beaujoire ? Avec son beau  survêt’ et ses lunettes. Tel  un quidam en congés payés sur la route du Tour de France, à attendre que la caravane passe, un télé 7 jeu à la main, pendant que sa rombière lave ses grosses culottes dans une bassine à l’arrière du camping car.
Soyons sérieux. Cet entraineur porté aux nues par le gratin de nos journalistes le temps d'une surchauffe, est tout juste bon à entraîner une équipe de foot de plage.
La méthode Bielsa consiste en fait à courir comme un troupeau de bovidés demeurés  dans un reportage de National Geographic. Vous parlez d’une trouvaille.

Éliminée des deux coupes en un seul tour, votre équipe est maintenant en perdition totale et la route du championnat va devenir une partie de rigolade, tant votre chute irrémédiable semble évidente. Voilà où nous en sommes avec votre équipe de tanches maintenant qu'on est dans le dur.
Au moins, on ne nous parlera plus de Gignac, de Morel ou de Dja Dje Dje en Equipe de France…

Ensuite… Libre à vous de ne pas voir la terrible vérité en face et de vous imaginer comme prétendant à la course au titre… Libre à vous également d’imaginer d’hypothétiques et  improbables équipes de Marseille avec des joueurs qui auraient dû venir…  Merci pour cet instant de franche rigolade! Remarquez, avec votre récente publication du classement de L1 sans les erreurs d’arbitrage et si ma tante en avait, vous nous avez habitué à de pareilles pitreries.
Sans doute Luis Suarez attendait son avion pour Marseille avec Jardel. Qui sait ? Et pourquoi pas Ronaldo avec Sir Alex Fergusson? Pas grave, si l’Uruguayen vous a fait faux bond, vous avez pu signer cette même année André-Pierre, qui, après vous avoir marqué deux buts lors de la saison 2011-2012, en étant payé 300 000 €/ mois et quelques cures thermales avec des vieilles mamies ménopausées, commence aujourd’hui à claquer dans des matchs aux sommets contre Caen et Metz.  L’honneur est sauf.

Rendez vous à l’évidence, Marseille n’attire plus personne à part de gênants et transis pensionnaires de L1 comme un Alessandrini, croupissant telle une vieille serpillère cradingue dans son seau, sur le banc de touche de vos  illusions pathétiques.

Merci, à l’avenir, d’éviter les analogies risibles avec votre jeu minable  et celui pratiqué par le FC Barcelone. Surtout quand votre équipe crasseuse se fait violemment sortir d’une Coupe par Grenoble. Courir comme un troupeau de gnous écervelés  comme vous le faites à chaque match, ou plutôt durant les 20 premières minutes de la rencontre, n’est en rien un gage de football total. Encore moins une garantie de beau jeu ou de quoi que ce soit qui fasse vibrer les masses. Même si l’on sait tous qu’il vous en faut  très peu pour vous imaginer tutoyer des sommets, qui ne sont accessibles que dans vos grosses têtes molles.

Merci également d’éviter les comparaisons avec Guingamp lorsqu’on est, comme vous,  éliminés de cette même Europa League 3-0 par les  amateurs de Limassol. Un électricien, un boucher, un facteur suffisent donc pour vous écraser lamentablement comme une déjection canine et vous éjecter d’une compétition où vous faites vraiment pâle figure.

En d’autres termes, faites surtout  en sorte de ne plus ramener vos sales tronches lorsqu’il s’agit de parler du coefficient UEFA. Il y a bien longtemps que nous avons tous abandonné l’idée de compter sur vos pitoyables prestations pour ramener ne ce serait ce qu’un point à la France.  Surtout lorsqu’on enchaine neuf raclées à la suite. La C1, quand on ne trafique pas les jus d’orange des adversaires, c’est tout de suite plus la même musique.  On l’a tous remarqué en rigolant à la vue de vos récents résultats.

Un grand merci également pour avoir illuminé la Coupe Intertoto face à 8 espagnols. Ca aura permis au moins, au défunt conjoint de votre présidente botoxée, de danser en tongues sur votre pelouse moche et de sentir au moins une fois dans sa vie, l’ivresse de la victoire, avec son jouet pour richard.

 

Pour le reste, merci encore de vous abstenir de parler de justice quand on connaît vos démêlés constants avec cette Institution.  Ces dernières décennies vous avez passé plus de temps dans les couloirs des tribunaux que sur les podiums  des grandes compétitions. Cela permet toutefois à votre ancien président de refaire sporadiquement  parler de lui, et à vos anciens dirigeants, joueurs ou autres parasites à survêts et écharpes, d’être sur le devant de la scène médiatique, à défaut d’être sous la lumière des projecteurs sportifs. 
Vous passerez enfin nos amitiés à Diawara.

 

Enfin, merci pour avoir évoqué à nos souvenirs, votre grandissime défenseur Nigérian que l’Europe du foot s’arrache encore aujourd’hui. Ancien « meilleur défenseur de ligue 1 »,  passé par le Milan AC des Maldini et des Franco Baresi, où il déclara ne pas comprendre les éléments tactique du club Lombard, envoyé aux QPR, tel un mouchoir morveux que l’on jette sur l’aire de Lançon de Provence,  humilié par Néné un soir de C1 avec le Dynamo Kiev, Taïwo, 30 ans donc, végète aujourd’hui à Bursaspor, derrière le banc de touche.  Tel un symbole grotesque  de tous ces joueurs olympiens que l’on met  sur un piédestal après quelques prestations  correctes. La faute à des journalistes en roue libre et en mal de boissons  sucrées… 30 ans et une carrière aussi lumineuse que son quotient intellectuel, en quelque sorte.

Merci également à toi Taïwo. Merci pour ton crochet foireux et à ta relance loupée  qui termine, comme un missile, dans la lucarne de Barthez, en finale de la Coupe de France. A jamais dans nos mémoires!
Merci pour la soirée encore et surtout pour votre saison. Vous êtes les Raoul Menard du foot. Cela ne s’invente pas.

Et continuez à vous habiller avec les survets des autres équipes. Vu le niveau de la vôtre ça montre au moins que vous êtes réalistes.

Cordialement.

 

Jamrock & Buscapé

 

LephooceenVSAlll sur Imagesia

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire