51 Nuances de Rouge et Bleu

3225

On nous avait avertis.

Cet OM là, devant son public chauffé à blanc de surcroît sera  « plus difficile à battre que le Barca ». Les spécialistes navrant des plateaux télés, les comiques des ondes FM restaient sûrs de leur coup. Dans l’antre de l’Orange Vélodrome Paris allait connaitre une tempête incommensurable qui allait à coup sur engloutir le navire d’Emery et du capitaine Thiago Silva dont on nous disait qu’il était trop émotif pour résister à la pression d’un match à enjeu.

A Marseille, la team survet s’affichait la semaine durant sur les réseaux sociaux, à coup de déclarations haineuses puant l’arrogance.

Barcelone, qu’on a de toute façon acheté, n’est en rien comparable à l’armada marseillaise et ses nouvelles recrues resplendissantes. Que ce soit celle classée 17ème au Ballon d’or, ou une autre, classée elle aussi 17ème de L1 en provenance d’un autre club sudiste.

Les supporters étaient chauffés à blanc et on allait s’essuyer les pieds sur notre équipe à l’instar des maillots Parisiens placés  en paillasson à l’entrée des boutiques officielles du club  phocéen.

Et quiconque porterait la tunique Parisienne serait chassé avec véhémence par les meilleurs supporters de France. Même si vous êtes une jeune fille souriante de 17 ans.

Ce n’est pas parce qu’à Marseille on porte le survet des autres équipes qu’on en reste ouvert d’esprit. Sachez-le. Une tribu de bonobo c’est pourtant proche du génome humain, ça n’en demeure pas moins un ramassis de primate pouilleux vite excité par ce que l’on appelle le phénomène de groupe.

Je m’égare et revenons en à nos moutons ou plutôt à notre troupeau de chèvres préféré.

Celui qu’on a érigé ces derniers jours  en redoutable équipe. Et les stats sont là pour vérifier la bêtise avérée des déclarations d’avant match. Marseille est quasi imprenable à domicile. « Paris ne fait pas peur. » Devant son public hors norme il allait se passer un truc. On le sentait… Enfin vous peut être. Nous on savait déjà que c’était encore une de vos énièmes méthodes Coué pour vous persuader que vous avez un avenir devant vous.

Et même votre président spécialisé dans les Powerpoint s’était fendu d’une déclaration d’avant match dont vous avez le secret. Histoire de bien vous mettre dans sa poche. Plutôt malin. Il a effectivement tout comprit de votre suffisance, avec son look de claviériste tout droit sorti d’un groupe de pop synthétique Anglaise des 80’s.

Le match d’hier devait lancer définitivement le « OM Champion’s Project ».

Effectivement.

Hier il a été lancé. Balancé même. Tel un préservatif usagé au fond d’un chiotte après un coït.

Parce qu’il faut bien avouer un truc. Devant la haine, l’arrogance et la bêtise crasse de vos supporters. Nous, à Paris. On vous a fait l’amour. Et pas qu’un peu.

Ca a duré 90 minutes.

Et ça a même duré jusque tard dans la nuit et cette liesse fusionnelle au Bourget entre nos supporters bannis de votre stade  de pouilleux, et nos joueurs qui vous ont collé une raclée monumentale. La passion elle est là.

Comme a chaque fois, depuis 14 rencontres maintenant, vous n’avez pas existé. Vous avez été en tout point ridicule.

On vous aura fait la totale. Championnat, CdL, CdF. Chez vous, Chez nous, Au SdF, à 10… Même à Intervilles.

Manque plus qu’en coupe d’Europe, mais parti comme vous êtes il va falloir inventer une nouvelle compétition pour espérer nous croiser un jour.

Vous êtes à ce jour, notre petite biatch.

Juste ça, car sportivement vous n’êtes plus rien.

Vous êtes juste bon à faire des tifos moches

Vous existez le temps d’insulter sur les réseaux sociaux. Rien à dire de ce côté la. A déverser votre haine et invectiver ceux et celles pour qui votre équipe de majorettes ne représente rien d’autre qu’une formation banale et surestimée.

Lyon à Jean Michel Aulas. Marseille en a des dizaines de milliers. Grimés dans des affreux joggings du dimanche. Histoire de se saper avec les tenues de vrais clubs. A ouvrir sans vergogne votre tronche à l’approche de chaque match, en fonction des quelques résultats probants qui jalonnent votre parcours chaotique.

Et hier soir les meilleurs supporters de France quittaient leur enceinte dès la 50ème minute de jeu. Alors qu’on n’avait pas encore fini le boulot. Preuve irréfutable de la passion made in l’OM.

Buscapé

Laisser un commentaire