SAW 75 : Le jeu est « Capitale »

2813

Et si depuis la fin de saison dernière le PSG avait tout simplement sifflé la fin de la récréation. Et si on jouait à un jeu ?

Bonjour. C’est le PSG qui vous parle. Vous avez trop longtemps pensé prendre le contrôle de notre institution mais aujourd’hui vous allez répondre de vos actes. Et si on jouait à un jeu ?

 

Monsieur Motta. La dernière fois que vous avez demandé de la considération de notre part, vous l’avez fait publiquement derrière votre barbe bien fourni. Vous avez été prolongé, revalorisé comme vous l’espériez. Aujourd’hui vous aspirez à un rôle d’entraîneur après une dernière année de contrat et vous souhaitez que le deal soit signé avant le 30 juin sous peine d’aller voir ailleurs car selon votre agent on se bouscule pour vos services. Au 4 Juillet ni le Real, ni Manchester ne sont venus frapper à votre porte. Veuillez donc accepter nos conditions sinon sachez que votre vidéo d’adieu est déjà prête.

Monsieur Di Campli. Nous apprécions tout particulièrement le talent de votre client Marco Verratti. Mais vous avez cru bon de le comparer à un esclave. Le FC Barcelone vous a mandaté pour nous contraindre à un deal forcé. Déclarations tapageuses, provocations par voie de presse, insolence lors de nos entrevues. Vous pensiez posséder un joyau mais nous vous avons rappelé qu’un contrat ne se casse pas avec la une d’une presse étrangère… Au fait nous allions oublier: Marco Verratti n’est plus votre client. Il vous appellera d’ici une heure pour vous annoncer que vous allez être remplacé. Vous risquez d’avoir du temps libre.

Monsieur Verratti, faites très attention à ce que vous faîtes. Nous avons voulu faire de vous l’étendard de notre campagne. Vous vouliez le Barça. Nous l’avons fait venir. Ibrahimovic voulait vous offrir son numéro 10. Nous avons décidé de l’offrir à Neymar. Calm down, vous n’êtes plus LA star de l’effectif.

Monsieur Vasilyev. Nous vous félicitons une fois de plus pour votre titre de champion de France. Vous restez ferme sur Fabinho et surtout sur le jeune Kylian. Vous voulez montrer à tous que vous ne comptiez pas renforcer ceux que vous considérez comme votre nouvel ennemi. Tous sauf le PSG ? Pendant vos gesticulations nous étions en réalité en train de signer Neymar. C’est chose faite et votre jeune prodige, lui, veut vous quitter.

Cher Monsieur Bartomeu. Cette « remontada » vous a monté la tête. L’histoire et la renommée de votre club, le FC Barcelone, vous a fait croire que tout était possible notamment d’approcher les joueurs majeurs de notre effectif. Après avoir essuyé des revers pour Thiago Silva et Marquinhos vous avez dû vous rabattre sur Samuel Umtiti. Mais au lieu de retenir les leçons de ces épisodes, vous avez voulu retourner Marco Verratti contre nous. Encore une fois ce sera un échec pour vous, et comme cette fois vous n’aurez pas d’arbitre pour vous aider à passer l’obstacle parisien, nous nous sommes permis d’approcher et de faire signer Neymar en toute tranquillité. « Màs que un club » mais moins qu’un Emir. Tachez de vous en souvenir lors de nos prochaines poignées de main.

La partie est terminée.

Laisser un commentaire