Pour toi, Blaise le grand

1766

Et si AllPaname disait aurevoir à Blaise Matuidi une dernière fois.

C’était le soir de l’artistique et l’imprévisible. Artiste dans son dévouement et son engagement, imprévisible dans sa progression et son talent. 

Le milieu parisien en est désormais orphelin puisqu’il a décidé de poursuivre sa route du côté de Turin. 

Venu nous saluer une dernière fois telle un général de guerre partant mener un nouveau combat. Histoire de nous rappeler qu’on a pu rêver plus grand aussi parce qu’il a été là. 

Arrivé discrètement en provenance du Forez, combien avait flairé le bon coup de Blaise ?

Qu’il y ai Kryko, Cabaye ou Sissoko, Matuidi le gars sûr d’Antoine, Unaï, Laurent ou Carlo. 

Corps élastique suffisant disent les puristes de la technique. Contrôles improbables défiant les lois de la physique. C’était pourtant le crochet gauche de ce milieu excessivement esthétique. 

Matuidi milieu, Matuidi ailier, Matuidi buteur, Matuidi passeur, Matuidi leader, Matuidi Charo, jamais à l’économie peu importe la compétition.

Même quand le coq était l’écusson, Le Grand Blaise était en mission.  

On se souviendra de sa hargne contre les lyonnais, ses buts en lucarne au Vélodrome devant les marseillais. Capitaine d’un récital face au barca avant cette foutue « Remontada ». Il avait le respect de tous même d’Ibra. 

On se reverra peut être Blaise, et même si tu n’auras plus le même maillot.

Saches que l’ovation du Parc se moque des ignorants sur les réseaux sociaux. 

Parce qu’un apport collectif  ne se mesure pas en passement de jambes ou en ailes de pigeon.

Ton attitude était un modèle et ta progression une véritable leçon.

Alors oui, tu n’as pas la facilité d’un Neymar, ni les contrats pubs d’un Pogba

Mais ici c’est Paris, tu auras été son âme et nous on s’en souviendra.

Laisser un commentaire