LOSC-PSG : comme une promenade de santé

1351

Le LOSC est encore battu par le redoutable PSG, revenu en force. Au menu : collectif, mobilité, buts, coups francs et domination. Par une possession de balle largement supérieure aux lillois, les parisiens terminent la rencontre sur un score de 3 buts à 0, au stade Pierre-Mauroy. 

Le LOSC a pourtant résisté pendant 45 minutes. Malgré une domination constante, Paris a d’abord timidement cherché la direction des filets. Parfois critiqués pour un manque de collectif, les parisiens ont, cet après-midi, prouvé le contraire. Les 30 premières minutes confirment d’abord l’association Neymar-Alves. Des appels en profondeur, des longues passes précises, une connexion permanente, les deux brésiliens montrent une fois de plus, leur duo de choc sur le terrain. 

Les échanges sont également nombreux entre le numéro 10 et Yuri Berchiche. Beaucoup de une-deux, des appels en masse et des échanges contants. Ce binôme permet d’ailleurs de noyer les lillois juste avant la pause. But à la 45+1 minute pour Berchiche, qui profite d’une erreur d’Alonso pour marquer. 

Tout le monde rentre ensuite au vestiaire pour 15 minutes de relâchement. L’égalisation est encore possible et le club de Lille continue d’y croire. L’horloge tourne et il est temps de regagner la pelouse. Une vague jaunâtre sort alors des vestiaires. Telle une horde, l’équipe parisienne parait plus soudée que jamais. Les discussions vont bon train, avant que chacun ne reprenne son poste sur le terrain. 

Le sifflet de la reprise résonne au stade Pierre-Mauroy. Paris continue de dominer et semble se balader. On y trouve alors un Lo Celso libéré et mobile, prenant l’espace et n’hésitant pas à aller de l’avant pour devenir un véritable pivot du jeu. Pendant ce temps, on ne trouve pas un Cavani au top de sa forme. Ratant des centres et des occasions immanquables, El Matador ne marquera pas aujourd’hui. Tandis qu’un Di Maria, remplacé par Thomas Meunier, affiche un visage fermé et vexé à sa sortie. 

71e minute, coup franc de Neymar : raté. 76e minute, coup franc de Dani Alves : raté. 77e minute, coup franc de Neymar : cette fois-ci c’est la bonne. Positionné face aux cages, à 17 mètres, la star brésilienne combine force et précision pour mettre la balle au fond. Mais la promenade de santé n’est pas terminée. Lo Celso a définitivement décidé de nous régaler. Le jeune argentin, hors de la surface, pique le ballon pour lober Maignan en direction de la lucarne. C’est le troisième et dernier but d’un match plutôt tranquille et sans inquiétude pour nos parisiens.

Laisser un commentaire