Cavani se livre pour Marca avant le Real

2115

Avant d’affronter le Real, Edinson Cavani s’est confié à la presse espagnole dans un long entretien.

C’est à Marca qu’El Matador a livré une longue interview avant le huitième de finale très attendu face au Real Madrid. L’attaquant parisien à balayé plusieurs sujet autour de cette rencontre importante.

Le match contre le Real 

Nous sommes en grande forme,ça tourne bien, même si parfois il y a des accrocs, ce qui est normal. Il peut toujours y avoir un match où tu es moins bien, il te réveille et te montre le travail à faire[…] Nous avons recruté des joueurs importants, et cela apporte beaucoup. C’est évident. Cela donne de la confiance sur le terrain, nous motive dans tous nos objectifs.  On sait que ce sera difficile et prestigieux. C’est spécial de jouer le Real et son histoire. C’est aussi enthousiasmant, tu as envie de sauter sur le terrain. Ce match à Bernabéu, on le voit aussi comme une étape dans la croissance du club ces dernières années.

Unaï Emery 

C’est un entraîneur qui se base beaucoup sur la motivation, c’est essentiel et utile à chaque joueur. Dans la vie comme dans le football, on a besoin de confiance. Diriger une équipe avec de grands joueurs et des recrues énormes, c’est à la fois facile et difficile. Emery apporte des choses très positives.

Son record de buts

Je suis du genre à regarder en arrière quand j’obtiens quelque chose d’important. Ce qui m’a le plus touché, après l’obtention du record, c’est la réaction de certains coéquipiers, et du public ! J’ai senti une connexion avec les supporters qui m’aidaient à marquer ce but. Cela m’a comblé de bonheur, plus que le record en lui-même. Quel but je n’ai pas encore marqué avec Paris ? Je n’ai pas encore mis un ciseau. J’aimerais que ce soit le jour d’un grand titre pour ce club, en finale de la Champions League.

Mbappé

Kylian a un énorme potentiel. Il acquiert maintenant de l’expérience. C’est un garçon très mûr. Il sait qu’il doit apprendre et grandir. Il est déjà connu mondialement. Mais il dépend de lui d’être toujours plus. C’est ainsi qu’on y arrive, en appliquant au football ce qui vient de la vie.

Laisser un commentaire