Echouafni : « Réaliser une très bonne saison »

1349

Olivier Echouafni, le nouvel entraîneur de l’équipe Féminine du PSG, était en conférence de presse ce mercredi à quelques jours de la reprise du championnat de France de Division 1.

Son arrivée au PSG
« Mon arrivée s’est passée normalement, cela a mis du temps pour ne rien vous cacher. J’avais un certain nombre de contacts pour reprendre une équipe masculine. Et finalement, quand le PSG m’a sollicité, j’ai trouvé que c’était le meilleur des challenges pour moi. Pour plusieurs raisons, la première est que le club est un grand club, avec tout ce qu’il y a autour de cette entité. Notamment des infrastructures de qualité pour pouvoir travailler, avec ce qu’il faut pour obtenir des résultats intéressants. Bien sûr, j’aurais pu repartir avec les garçons, mais j’avais l’impression de ne pas avoir terminé mon travail avec une équipe féminine. Après mon passage en équipe nationale, j’avais peut-être ce besoin de devoir encore continuer avec elles. »

La préparation estivale
« La préparation a été très dense, je n’ai même jamais vécu ça en tant que joueur professionnel. On a tout de même joué 7 matchs contre les meilleures équipes d’Europe et du monde. Avec cette tournée aux États-Unis, cela nous a permis de nous enrichir, avec un effectif assez réduit tout de même. On a eu de bons résultats en fin de préparation, avec de bons contenus par moments également. On a su faire face. Et sur notre dernier tournoi à San Sebastian, nous avons terminé sur une très bonne note. »

Le groupe et le mercato
« Au-delà d’une nouvelle politique du club, c’est surtout une reconstruction d’un groupe. On a perdu un certain nombre de cadres, de joueuses emblématiques de cette équipe, qui avaient plus de 30 ans et beaucoup d’expérience. Aujourd’hui, l’idée est de repartir avec un groupe de jeunes joueuses de qualité, et je conçois que l’effectif que nous avons actuellement parait assez jeune au vu des échéances qui nous attendent. Mais nous attendons un certain nombre de recrues pour enrichir ce groupe avant la fin du mercato. Des profils offensifs, mais aussi défensifs. […] Il faut renforcer le groupe, il faut amener de la fraîcheur. Chaque saison, il y a le besoin d’amener une plus-value à cette équipe. Bien entendu, ce serait un plus d’obtenir des cadres, mais il faut surtout des joueuses avec un bon état d’esprit et qui ont envie de progresser à l’intérieur de ce groupe. On avance, il nous reste encore un peu de temps avant la fin du mercato et on espère obtenir des résultats rapidement. »

Les objectifs de la saison
« L’idée de reconstruire un groupe qui a beaucoup bougé, qui manque d’expérience, mais qui a envie de réaliser une très bonne saison. Cela veut dire être compétitif sur tous les tableaux. Et notamment en Coupe de France où nous avons un titre à conserver. […] Comment détrôner Lyon ? On a les moyens d’embêter toutes les équipes, on peut dire que nous sommes une équipe qui a moins de qualités que Lyon, mais qu’on peut aller les titiller. Parce qu’on a des joueuses de qualité, parce que les joueuses ont pris conscience que ce groupe pouvait réaliser de grandes choses. »

La Ligue des Champions
« Le PSG a atteint la finale il y a deux ans, mais avec un groupe plus expérimenté. L’idée cette saison, c’est de montrer qu’avec un groupe rajeuni, on est capables de faire de bons résultats. C’est le retour du PSG en Ligue des Champions, ça va être enrichissant pour le groupe, pour les filles, de vivre cette aventure la. Il nous faut déjà nous qualifier, nous n’aurons pas la tâche facilitée dès le premier tour avec un déplacement en Autriche où nos adversaires seront très motivées. »

Les matchs à domicile joués au Stade Jean-Bouin
« J’aime bien l’expression employée d’équipe « sans stade fixe » parce qu’elle reflète bien ce qu’a été une période pour le PSG féminin. Maintenant, ca y est, on a un stade. Et quel stade ! Avec cette enceinte, on espère avoir une affluence bien plus importante, c’est une bonne chose pour les matchs de D1, de Ligue des Champions, pour recevoir nos adversaires et mettre nos supporters dans les meilleures conditions, en termes de sécurité et d’observation de la rencontre. C’est important pour les médias, pour la visibilité du football féminin, pour retransmettre les rencontres dans les meilleures conditions. C’est une bonne chose selon moi. »

Le cas Marie-Antoinette Katoto
« On va surtout l’aider, la soutenir. Quand on traverse des moments difficiles, il faut être solidaire, nous sommes une famille et, quand un membre de sa famille n’est pas bien, il faut l’aider pour vite la remettre sur pied. Mais je ne me fais pas de soucis pour elle ! Pour Marie, ces deux dernières années ont été compliquées à gérer, avec des périodes exceptionnelles et d’autres où elle était à l’arrêt complet du fait de ses blessures. Il faut digérer ces saisons, elle est dans cette phase, à elle de se remettre vite sur pied. Parce que nous avons de grosses échéances en club cette saison et qu’elle peut elle aussi avoir de grosses échéances en équipe nationale en fin de saison. On va y aller par étapes. D’abord, la remettre en selle au plus vite avec des intentions et une grande motivation dans son club. »

Laisser un commentaire